Votre conseiller en gestion de patrimoine

Investissement immobilier - Placements financiers - Défiscalisation - Transmission - Retraite

Tél : 05.61.13.14.83

Comment optimiser votre Capital ?


Au fil des ans, vous avez peut-être épargné une partie de vos revenus, vous constituant ainsi un capital plus ou moins important. Vous disposez, ou allez peut-être disposer prochainement, du montant de la vente d’un bien immobilier ou de votre entreprise. Par ailleurs, vous venez peut-être de recevoir une donation ou un héritage comprenant une somme importante de liquidités.

Nombreux sont les français qui détiennent des liquidités non exploitées, de l’ « argent qui dort ».

Pourquoi vouloir optimiser votre capital ?

Comme la plupart des français, vous avez probablement déposé votre capital sur des livrets bancaires, afin de disposer de l’ensemble de ces liquidités à tout moment, « au cas où »…

Le plus souvent, ces liquidités, destinées à faire face à un imprévu, sont conséquentes, bien plus que nécessaire. Elles représentent parfois une partie importante de votre patrimoine.

D’autre part, les taux d’intérêts des livrets bancaires étant très faibles, cette épargne ne produit que très peu de rendement. Pire, certains de ces livrets sont fiscalisés, rendant leur taux de rendement réel quasi-nul.

Or, vous souhaitez, en toute logique, que votre argent vous rapporte de l’argent. Une partie de vos liquidités doit donc être réorientée vers d’autres supports plus rémunérateurs.


Plusieurs critères sont à prendre en compte avant de choisir un support pour optimiser son capital.

Comment optimiser votre capital ?

Avant d’envisager de sélectionner un support pour ses liquidités, il faut se poser trois questions :

Quels sont mes objectifs pour l’emploi de mes liquidités ?

Selon vos objectifs personnels et/ou familiaux, le support d’investissement de vos liquidités sera différent. En effet, vous souhaitez peut-être investir vos liquidités dans le but de bénéficier de revenus complémentaires après votre départ en retraite. Dans ce cas, plusieurs possibilités s’offrent à vous selon le montant de liquidités à investir. Vous pouvez opter pour des supports financiers comme l’assurance-vie (ou un contrat de capitalisation), un compte-titres (ou un PEA pour bénéficier de sa fiscalité avantageuse) ou un support immobilier (en location nue ou en location meublée, cette dernière solution offrant également une fiscalité avantageuse). Pour un investissement immobilier, vous pouvez optimiser de façon plus importante votre capital par le levier financier qu’offre l’emprunt. Avec un capital disponible moindre, et à condition d’avoir une capacité d’emprunt, vous pouvez accroître votre patrimoine. Votre capital peut servir d’apport et ainsi vous permettre d’obtenir un meilleur taux d’emprunt. Vous pouvez également vous constituer une retraite complémentaire en plaçant une partie de vos liquidités sur un PERP, qui permet de déduire de votre revenu global les cotisations versées sur le PERP afin de diminuer votre impôt sur le revenu.

L’investissement de votre capital peut également être réalisé dans un objectif de prévoyance, notamment pour anticiper une éventuelle situation de dépendance. Dans ce cas, il sera préférable d’opter pour un support plutôt liquide, qui permettra d’utiliser le capital au fur et à mesure des besoins.
Par ailleurs, votre but est peut-être de protéger votre famille (votre conjoint et/ou vos enfants) si vous veniez à décéder prématurément. Dans ce cas, une assurance-vie peut être un moyen de vous assurer que votre conjoint ou vos enfants percevront le capital dont vous disposez, majoré des intérêts qui auront été produits par le contrat. Toutefois, seul le capital disponible sera transmis à vos bénéficiaires, et vous pouvez le juger insuffisant. Vous pouvez alors également opter pour une assurance-décès. En contrepartie du versement de cotisations périodiques, l’assureur versera un capital, déterminé lors de la souscription, à vos bénéficiaires si vous venez à décéder pendant la durée du contrat.

Votre objectif pour l’optimisation de votre capital peut être la transmission d’un bien à vos enfants. Dans ce cas, l’investissement dans l’immobilier peut être approprié. En effet, la valeur du bien, s’il bénéficie d’un bon emplacement et s’il est bien entretenu, s’appréciera avec le temps et constituera un actif intéressant pour vos enfants, leur procurant des revenus locatifs.

Enfin, vous souhaitez peut-être optimiser votre capital en optimisant également votre fiscalité. De nombreux dispositifs fiscaux existent pour inciter à investir. Tout d’abord, dans l’immobilier neuf, le dispositif Pinel permet d’obtenir une réduction d’impôt. Ensuite, l’investissement dans l’immobilier de prestige ancien à rénover permet de générer également de fortes réductions d’impôt avec le dispositif Malraux. Le dispositif Monuments Historiques permet de créer un déficit foncier important totalement déductible de votre revenu global, afin d’alléger de façon conséquente votre impôt sur le revenu. D’autre part, l’investissement en location meublée permet également de bénéficier d’une réduction d’impôts, en loi Censi-Bouvard, ou d’une fiscalité spécifique très avantageuse, avec le statut LMNP (Loueur Meublé Non Professionnel). Si vous souhaitez investir votre capital dans l’économie réelle, des avantages fiscaux existent aussi pour les souscriptions au capital de PME, notamment pour les investissements en FCPI et FIP. Vous pouvez également souscrire un PEA (Plan d’Epargne en Actions) dont les plus-values sont totalement exonérées d’impôt après 5 ans de détention. Enfin, comme nous l’avons vu précédemment, la souscription d’un PERP vous permet d’optimiser votre capital et votre fiscalité en même temps.

Quel est mon horizon de placement ?

Cependant, une fois votre objectif défini, il faut tenir compte de votre horizon de placement. En effet, si vous n’avez pas de projets à court terme, vous pouvez investir sur un support peu liquide tel que l’immobilier, ou dont la fiscalité est avantageuse seulement à moyen ou long terme comme l’assurance-vie.

Attention tout de même ! Si l’investissement sur des actions peut sembler liquide (la vente peut être réalisée rapidement), la conjoncture économique n’est pas toujours favorable à une vente immédiate et il est préférable d’attendre parfois plusieurs mois pour revendre ses titres dans de meilleures conditions. A l’inverse, si vous pensez avoir besoin de liquidités à court ou moyen terme, pour l’achat de votre résidence principale notamment, il est préférable d’opter pour des supports plus liquides.
D’une manière générale, plus on avance en âge, notamment après le départ en retraite, et plus il faudra privilégier des supports permettant de disposer des fonds rapidement. La part d’immobilier dans votre patrimoine devra diminuer, pour le rendre de plus en plus liquide. Toutefois, il est possible de détenir de l’immobilier de façon assez liquide, notamment par le biais de parts de SCPI ou au sein d’un contrat d’assurance-vie.

Quelle est ma sensibilité au risque ?

Enfin, le dernier critère à prendre en compte dans le choix d’un support d’investissement pour optimiser votre capital est votre sensibilité au risque, notamment lorsque l’unique objectif de votre investissement est de faire fructifier votre capital. Elle est mesurée grâce à votre profil investisseur, qui définit quels risques vous êtes prêt à accepter pour quelle rentabilité attendue.

Si vous ne souhaitez prendre aucun risque et que vous n’acceptez aucune perte en capital, vous faites partie des investisseurs à profil garanti. Dans ce cas, il vous est totalement déconseillé d’investir en Bourse. Il sera préférable de vous orienter vers un contrat d’assurance-vie investi en totalité sur du fonds €uro, totalement garanti par l’assureur mais dont le rendement est plutôt faible.

Si vous avez un profil investisseur prudent, c’est-à-dire que vous acceptez une prise de risque modérée afin d’espérer un rendement légèrement supérieur, vous pouvez opter pour différents supports comme l’immobilier ou des Unités de Compte (UC) au sein d’un contrat d’assurance-vie, qui sont investies le plus souvent sur des actions ou des obligations. Un investisseur prudent investira au maximum 30 % de son capital disponible sur des Unités de Compte.

Si vous acceptez une prise de risque élevée pour espérer un rendement élevé, vous avez un profil investisseur dynamique. Un investisseur ayant ce profil peut investir jusqu’à 50 % de son capital disponible sur des supports risqués, notamment des titres (actions, obligations…). Enfin, un investisseur au profil dynamique est capable de placer plus de 50 % de son capital disponible sur des supports à risque. Il est prêt à perdre tout son capital, et parfois plus, en espérant un fort rendement de son investissement. C’est une stratégie d’investissement offensive.

En tout état de cause, vous devez tenir compte de votre sensibilité au risque pour sélectionner un support d’investissement et bien comprendre le fonctionnement et les risques que comporte le support choisi. D’une manière générale, plus on avance en âge, et notamment après le départ en retraite, plus il est préférable de s’orienter vers des supports d’investissement prudents, afin de sécuriser son patrimoine.

Le conseil avisé d’un Conseiller en Gestion de Patrimoine est nécessaire pour faire le bon choix d’investissement.

Choisir le bon support pour optimiser votre capital n’est pas chose aisée car, comme nous venons de le voir, il faut tenir compte de nombreux critères.

Seul un Conseiller en Gestion de Patrimoine peut vous apporter le meilleur conseil afin d’éviter des déconvenues.

N’hésitez pas à nous contacter pour un premier rendez-vous gratuit afin de dresser un bilan de votre situation.